Adapter l’usage du site aux enjeux

Avant projet détaillé pour analyser la fréquentation (Action A5)

            On observe aujourd’hui sur le Mont Caume un large éventail d’activités, essentiellement sportives, pratiquées par des personnes qui ignore bien souvent les enjeux environnementaux locaux et les caractéristiques foncières du site.

Une première mouture de l’avant-projet sur la fréquentation du site (stage de mars à septembre 2013) a permis l’installation d’un éco-compteur piéton et d’un compteur routier en mars 2014 par l’équipe du CEN PACA, aidée du SMGG. Les données récoltées de mars à octobre 2014 a permis de compléter cette étude : La fréquentation pédestre est plus importante les mois printaniers, notamment mai (presque quadruplement du nombre de randonneurs).

La boucle classique de randonnée sur le massif a été identifiée (ascension à partir du Col de Garde et descente vers Le Revest- les-Eaux ou le Broussan). Durant les mois de juillet et août, le phénomène s’inverse. Ces informations constituent des outils d’aide à la décision dans le cadre de la création d’un sentier d’éco-interprétation au sommet du Mont Caume (action C6). Le suivi régulier a permis d’analyser l’évolution du comportement des usagers. 

Opération de gestion de la fréquentation (Action C6)

       Cette action aura pour but de canaliser la fréquentation hors des zones fragiles ou sensibles au piétinement. Trois opérations de gestion de la fréquentation par an ont été effectuées en 2014, 2015 et 2016 par un agent assermenté du CEN PACA. Elles ont permis de sensibiliser les usagers à la fragilité du site et à lutter contre la dégradation des milieux constatées sur le site.

La comparaison des informations issues des 3 années a fait ressortir de grandes tendances dans l’évolution, d’une part, des comportements des usagers vis-à-vis des habitats et espèces fragiles du Mont Caume et d’autre part, de leur connaissance de la réglementation du site. On observe notamment la diminution de la fréquentation sur les landes à Genêts épineux (environ 2ha) et la quasi disparition de la fréquentation sur les pelouses méditerranéennes (environ 1ha) et le matorral à Juniperus sp (5,8ha).

De plus, ces opérations ont permis :

  • d’identifier les secteurs nécessitant des opérations régulières : Blockhaus ouest (squat et local d’entrainement de tir et la terrasse (rave party et stationnement anarchique)
  • d’apporter des éléments essentiels à la création du sentier pédagogique (action E3)
  • d’évaluer la dangerosité du site et de proposer des équipements de sécurité

La mise en sécurité du site s’est traduite par la fermeture des boyaux d’entrée du fort par d’épaisses plaques métalliques en septembre 2015 pour éviter le risque de chute et par la mise en place à la même période d’une épaisse barre métallique en amont de l’entrée du fort, pour dissuader le visiteur de s’approcher du bâtiment ; par ailleurs le muret de soutènement du parking a été renforcé en novembre 2016.

Conformément aux conclusions de l’étude de fréquentation (action A5), le CEN PACA a limité l’accès du site aux véhicules motorisés par :

  • la création d’une aire de stationnement de 7/8 véhicules en mars 2016.
  • la pose d’une barrière après le parking et avant le sentier d’éco-interprétation afin que les visiteurs partent à la découverte du site à pied ou à vélo, en juin 2017
  • la pose en juin 2017 également d’un panneau d’interdiction de circulation (panneau BO) in que le franchissement de la barrière par un véhicule devienne une infraction et soit, à ce titre, verbalisable

Le système de fermeture de la barrière a été renforcé en septembre 2017 après avoir subi des tentatives de dégradation. Ce système fonctionne avec une clé carrée de manière à ce que les pompiers puissent continuer à intervenir à n’importe quel moment sur le site (réglementation DFCI). Par ailleurs, un couloir de passage dédié aux cyclistes a été réalisé de manière à permettre à ces usagers, dont les pratiques ne sont pas délétères pour le site, de contourner sans difficulté la barrière. 

 Panneaux d’information et action d’éco-interprétation de la nature (Action E3)

Le panneau d’entrée ainsi qu’un panneau de sensibilisation ont été posés en septembre 2015.

L’année 2016 a vu la finalisation du sentier d’éco interprétation (panneaux pédagogiques et application numérique). Les panneaux sont au nombre de 5 (un panneau d’entrée + 4 panneaux intermédiaires) et présentent chacun une analogie entre l’Homme et la Nature dans l’utilisation du site du Mont Caume. L’application, très ludique, fonctionne en complément des panneaux. Elle a été conçue pour à la fois donner une dimension sensorielle au sentier de découverte et pour faire participer activement le visiteur tout au long du cheminement. Les supports des panneaux ont été posés sur site en mars/avril. Les tables d’orientation nord et sud ont quant à elles été envoyées en fabrication en mai 2017. L’ensemble des éléments du sentier ont été installés au cours de l’été 2017.

L’inauguration du sentier le 6 octobre 2017 a été l’occasion de rappeler les objectifs du LIFE et le contexte de l’élaboration du sentier, de remercier les financeurs, partenaires et bénévoles et de montrer le fonctionnement du cheminement pédagogique créé.

Depuis novembre 2017, l’application numérique a déjà été téléchargée 11 fois (sans compter les téléchargements réalisés lors de la journée d’inauguration) ce qui traduit le caractère attractif du sentier.

 

Share