Adapter l’usage du site aux enjeux

Avant projet détaillé pour analyser la fréquentation (Action A5)

Ce sont essentiellement les militaires qui utilisent le camp de Chambaran afin de s’entrainer au tir (armes légères d’infanteries, roquettes et drones, grenades, mortiers et explosifs).

Le site étant particulièrement propice, une fréquentation civile est également constatée notamment lors de la cueillette des champignons et du muguet. Sinon, une association de chasse et de pêche est active sur la forêt et les étangs du camp.

L’étude a pour but de localiser et quantifiée cette fréquentation afin d’analyser son impact sur les étangs et les chauves-souris forestières.

Elle a permi de :

  •  déterminer des emplacements judicieux pour la pose d’éco-compteurs qui permettront d’avoir un suivi quantitatif de la fréquentation.

  • proposer des modes de gestion des étangs en lien avec l’intérêt communautaire de leurs habitats

  •  cibler et préparer des opérations de répression (action C6).

 Ces actions ont pour but de limiter les menaces sur les sites sensibles et seront établies en concertation avec l’armée et les usagers du terrain militaire. 

Opération de gestion de la fréquentation (Action C6)

Comme convenu, des actions ont été menées pour canaliser la fréquentation

  • Organisation d'opérations de répression en collaboration avec l'ONCFS et la gendarmerie.
  • Pose de 4 éco compteurs routiers (prêtés par le SMGG) sur 2 routes traversant le camp. Malgré une réparation des éco-compteurs en 2015, des problèmes techniques n’ont pas permis une analyse des données sur une longue période.

            Sur ce site, où la fréquentation est ponctuelle, le commandant du camp a choisi de réaliser, sur leur fond propre, des ramassages autorisés du muguet avec des consignes bien précises (point de rendez-vous, horaires, surface autorisée, encadrement militaire…). En effet, la campagne de désobusage début 2016 a permis de « sécuriser » en surface entre 60 et 80 % du terrain. Ainsi les zones absolument sures ont été autorisées. Du fait du succès de cette journée en 2016, l’opération a été reconduite en 2017, les 29 et 30 avril.

           De plus, la convention en cours avec le MINARM inclut des opérations de répression qui pourra être demandé ponctuellement, suivant le besoin identifié. 

Panneaux d’informations  (Action E3)

 Trois types de panneaux ont été posés :

  •  Deux panneaux d’entrée afin de mentionner l’engagement du camp militaire dans un projet de défense de la biodiversité
  •  Un panneau d’information décrivant le projet et les actions spécifiques au site militaire posé à l'entrée de la cantine
  • Un panneau liés à la restauration de la mare des Lilas qui mentionnent les opérations réalisées. 

 

Share