La base navale d'Aspretto

localisation 

La base navale d'Aspretto est située au sud d'Ajaccio, chef lieu du département de la Corse du Sud. D'une superficie totale de 17 hectares, elle comprend un port nautique protégé par une digue de mer et un héliport. D’une superficie de 1,6 ha, cette digue, constituée à 70 % de milieux terrestres et à 30 % de domaine maritime, est un site Natura 2000 depuis 2007.

 
 Activités militaires

portLa base navale a été inaugurée en 1938. Elle sert de base pour hydravions, puis comme centre de recherche et sauvetage en mer. Son port accueille à présent des bateaux militaires et de plaisance, mais le site a la particularité de regrouper aussi une série de services publics (Douanes, DDTM, Gendarmerie maritime et nautique, SNSM, Marine nationale) permettant, en cas d’intervention, une meilleure coordination opérationnelle. Le sous-CROSS de Corse, présent également sur la base, est chargé de la surveillance de la navigation à l’échelle de la Corse et assure la communication. 

Le site accueille une colonie du rare Goéland d'Audouin (Larus audouinii), justifiant sa désignation comme site Natura 2000 (ZPS FR9412001). Cette espèce essentiellement méditerranéenne est classée « Presque Menacée » à l'échelle mondiale par l'UICN. D'autres espèces patrimoniales et protégées, comme la Patelle géante (Patella ferruginea) et l'Hémidactyle verruqueux (Hemidactylus turcicus) sont également répertoriées sur la base militaire. 

  

 

Le Goéland d’Audouin

Goeland Audouin G Faggio2En France, le Goéland d'Audouin ne niche qu'en Corse. Chaque année depuis 1990, une colonie s’installe d’avril à août sur la digue portuaire de la base d'Aspretto pour s’y reproduire, bénéficiant de la tranquillité du site. Les adultes y construisent un nid sommaire, réalisé directement sur le sol, et y élèvent de un à trois poussins. Le site accueille à présent jusqu'à 60 couples, soit 70% des effectifs nationaux.

 

Le site est de plus propice pour le suivi de la colonie, qui est observable à 80 mètres. Ainsi un  baguage des jeunes permet d'identifier par la suite les oiseaux adultes revenus sur le site à distance à l'aide de jumelles, longue-vue ou d'un bon appareil photographique.

Jusqu'à récemment, la principale menace pour la colonie était la compétition avec le Goéland leucophée (Larus michahellis), son congénère plus précoce et plus corpulent, délogeant les Goélands d'Audouin et occasionnant des prédations de leurs œufs et poussins. Ainsi, des opérations de dissuasion, de destruction de nids et de prélèvements réglementés visant le Goéland leucophée ont été autorisées. Celles-ci ont donné d'excellents résultats, puisqu'aucune installation de cette espèce n'a été constatée depuis 2011.

Le Goéland d'Audouin étant particulièrement sensible durant la période de  nidification,  tout dérangement, même ponctuel, peut provoquer pertes et échec de reproduction. La gestion de la fréquentation humaine est donc à présent un des enjeux principaux de conservation.

Enfin, la digue présente un point faible au niveau d'une des aires de reproduction et une forte tempête a sérieusement endommagé celle-ci en 2009-2010. 

 

Share